Tortue sans carapace

Tortue sans carapace : photos et explications

Dans le monde fascinant et diversifié des reptiles, la tortue est un animal particulièrement reconnaissable grâce à sa carapace qui lui sert de protection. Cependant, il existe des cas rares de tortues présentant une absence totale ou partielle de cette armure rigide. Plongeons ensemble dans cet univers peu connu des tortues sans carapace. Mais à part cette exception il faut savoir que « Compte tenu du fait que la carapace des tortues constitue littéralement leur squelette, fusionnant leur exosquelette avec leurs côtes et leur colonne vertébrale, il est impossible de la séparer de leur corps. »

Les anomalies liées à la carapace chez les tortues

Comme nous l’avons dit les cas de tortue sans carapace sont extrêmement rare, car c’est une maladie génétique qui réduit énormément son espérance de vie dans son milieu de vie naturel. Vous allez aussi découvrir le pli carapacial une maladie rare.

Fente carapaciale, les rares cas de tortue sans carapace

L’absence totale de carapace est une anomalie extrêmement rare chez les tortues. Les cas sont exceptionnels et souvent l’oeuvre d’une malformation génétique. Ces tortues présentent alors ce que l’on appelle une fente carapaciale, qui peut être plus ou moins prononcée selon les spécimens.

Dans la majorité des cas, ces tortues naissent avec un morceau manquant de leur carapace dorsale (la partie supérieure), ce qui fait apparaître une sorte de « trou » dans cette zone. A cause de cette particularité, elles peuvent avoir du mal à se défendre, se déplacer et sont très exposées aux prédateurs. La moelle épinière ainsi que d’autres organes vitaux ne bénéficiant pas de protection suffisante, ont tendance à être plus fragiles en général.

Pli carapacial : carapace pliée

Une autre anomalie connue est le pli carapacial. Ce phénomène entraîne une carapace pliée ou déformée, généralement au niveau de la zone dorsale. Cela semble visuellement proche d’un accordéon, avec des ondulations sur toute la longueur de la carapace.

Cette malformation affecte principalement la mobilité de l’animal, mais offre néanmoins une certaine protection pour les organes internes.

La tortue à carapace molle

tortue avec une carapace molle

Les Trionychidés avec son surnom la tortue à carapace molle, fait partie de la famille de tortues aquatiques connus pour leur carapace unique. Contrairement aux carapaces dures et segmentées des tortues classiques, leurs carapaces sont souples, cuirassée et dépourvue d’écailles apparentes. Cette caractéristique leur confère une mobilité et une flexibilité accrues dans des environnements aquatiques, facilitant ainsi leur nage et leur capacité à se fondre dans le fond boueux ou sablonneux des plans d’eau. La texture cuirassée de la carapace est due à une couche épaisse de peau qui recouvre une armature osseuse réduite. Cette structure leur permet de se déplacer rapidement dans l’eau tout en restant relativement camouflées.

Ces tortues se sont adaptées à divers habitats aquatiques, allant des rivières et lacs d’eau douce aux zones humides et même à certains environnements marins. Cette adaptation leur a permis de prospérer dans une large gamme de conditions écologiques depuis -250 millions d’années, démontrant la réussite de leur évolution. Malgré leur carapace souple, les Trionychidés sont remarquablement résistants aux blessures et aux infections, grâce à un système immunitaire efficace et à une capacité de régénération rapide de leur peau. Toutefois, ces tortues font face à des menaces croissantes dues à la perte d’habitat, à la pollution et au braconnage…

Un avenir incertain pour les tortues sans carapace

En raison de leur handicap, les tortues présentant ces malformations ont un taux de survie généralement très faible dans la nature. Elles sont souvent victimes de prédateurs ou de leurs congénères. Néanmoins, certains spécimens parviennent à atteindre l’âge adulte grâce à un environnement protégé et à des soins adaptés. Cette population exceptionnelle peut être étudiée par les chercheurs comme un échantillon représentatif.

Un autre facteur affectant négativement le futur est l’influence humaine sur leur habitat : fragments de plastique, matériaux de construction erronés et bien sûr, contamination de l’eau avec des microparticules toxiques rendent leur vie encore plus misérable. Les tortues sans carapace font donc partie de ces espèces extraordinaires, dont l’étude permet d’éclairer davantage notre compréhension de ce monde reptilien mystérieux.

Solution pour assurer la protection de la tortue sans carapace

  1. Protéger l’habitat naturel : préserver les zones où vivent ces tortues et leur offrir un environnement sain et sécurisé est primordial pour la survie des espèces.
  2. Sensibiliser le public : informer les gens sur l’importance de respecter les habitats et les animaux qui y vivent, en particulier les plus vulnérables, est essentiel pour assurer leur sauvegarde.
  3. Renforcer la législation : mettre en place et appliquer des lois visant à protéger les espèces menacées et leur habitat permet de mieux gérer l’impact humain sur la faune et la flore.

La prise en charge des tortues présentant une absence de carapace demande donc un investissement important de ressources et de temps, mais elle peut être réalisée avec succès dans des conditions bien adaptées. Ainsi, malgré toutes les difficultés qu’ils rencontrent et les défis liés à leur particularité, chacun doit être conscient de l’importance et de la nécessité de protéger ces créatures rares et vulnérables qui font partie intégrante de notre écosystème terrestre.

La carapace, une armure

Squelette de tortue
Pour les tortues et les tortues terrestres, la carapace est tout ce dont elles ont besoin pour se protéger. En fait, elles en dépendent totalement pour leur survie. La plupart des tortues terrestres arborent une carapace large, dure comme de l’os et très arquée, qui les protège des intempéries et des prédateurs qui veulent les mordre. Au contraire, les tortues, qui passent la majeure partie de leur vie en mer, ont une carapace lisse et moins arrondie, qui les aide à nager en douceur.

En plus de la protection, la carapace joue aussi un rôle dans la thermorégulation de ces animaux ectothermes, c’est-à-dire dont la température interne dépend de celle de leur environnement. Les tortues profitent du soleil pour se réchauffer en exposant leur carapace aux rayons solaires, méticuleusement choisissant les endroits où ils peuvent se coucher sans être ennuyés par leurs ennemis naturels.

La protection de leur corps vulnérable peut sembler être la principale raison pour laquelle ces créatures ont évolué pour se doter d’une carapace, mais les scientifiques pensent le contraire. Des études évolutives suggèrent que les tortues ont développé des carapaces pour creuser plus efficacement. L’expansion de leur cage thoracique semble être ce qui leur a donné suffisamment de soutien pour creuser le sable à l’aide de leurs membres antérieurs.

En fait, les scientifiques ont émis l’hypothèse que les ancêtres des tortues ont creusé pour passer de la terre à la mer, échappant ainsi à la grande période d’extinction massive du Permien et du Trias. Il s’agit là d’un exemple classique d’exaptation, c’est-à-dire d’un trait qui était censé remplir une fonction, mais qui finit par en remplir une autre au cours de l’évolution. Les côtes élargies qui aidaient les ancêtres des tortues à creuser les protègent désormais des prédateurs.

Anatomie de la carapace d’une tortue

La plupart des gens pensent que la carapace ne comprend que le dôme que l’on voit sur le dos d’une tortue, mais la carapace est composée de deux parties et de plus de 50 os dermiques (plus que tout autre ordre de vertébrés).

La carapace, ou dôme supérieur, comporte des côtes et des os dorsaux, tandis que le plastron, ou carapace inférieure couvrant le ventre, comporte quelques côtes reliées à une clavicule (l’équivalent de la clavicule). Une charnière osseuse en forme de crête relie les deux parties de la carapace, ce qui permet à la tortue de se rétracter et de sortir complètement de sa carapace.

Les scutelles forment un motif & les carapaces osseuses d’une tortue
La carapace d’une tortue. Les scutelles forment un motif ; les carapaces osseuses d’une tortue (Crédit photo : Suthat Chaithaweesap & zhengchengbao/Shutterstock)
Étant donné que la carapace des tortues constitue littéralement leur squelette, reliant leur exosquelette à leurs côtes et à leur colonne vertébrale, il est impossible de la séparer de leur corps.

Chaque carapace est faite sur mesure ! En plus d’une carapace solide et osseuse, les tortues et les tortues terrestres possèdent également des croûtes à base de kératine. Ce sont elles qui non seulement donnent à ces créatures leur carapace caractéristique, mais qui leur procurent également une couche de protection supplémentaire. Les tortues marines luth, comme leur nom l’indique, ont une peau cartilagineuse en forme de cuir à la place des croûtes.

Une tortue souffrirait-elle si sa carapace était endommagée ?

Une tortue avec la carapace fendue

Une tortue ressentirait une douleur atroce si sa carapace était brisée, semblable à celle que vous ressentiriez si vous vous cassiez le genou. Les trous dans la carapace, dus à des carences en calcium et à un manque de soleil (carence en vitamine D), peuvent affecter la croissance normale d’une tortue et la rendre vulnérable à toute une série de maladies.

L’os étant un tissu vivant, toute atteinte à sa structure peut l’exposer à des infections bactériennes, fongiques ou virales. Les autres systèmes vivants de l’animal s’en trouveront d’autant plus fragilisés. Il y a quand même une bonne nouvelle qui est que la carapace peut guérir avec le temps, mais il est toujours préférable de la traiter immédiatement.