l’Australie veut abattre 16000 chevaux sauvages par hélicoptère

En Australie, les autorités de l’État de Nouvelle-Galles du Sud ont récemment approuvé la reprise de l’abattage des brumbies, ces chevaux sauvages emblématiques qui habitent le parc national du Kosciuszko. Cette décision, visant à protéger la faune et la flore locales, suscite de vives réactions et une controverse nationale.

@bfmtv Australie: les autorités veulent abattre 16.000 chevaux sauvages considérés comme « nuisibles » #australie #cheval #nature #animals ♬ son original – BFMTV

Qui sont les brumbies ?

Les brumbies sont des chevaux sauvages qui vivent en Australie depuis plus de 200 ans. Actuellement, environ 19 000 d’entre eux habitent le parc national du Kosciuszko, un écosystème fragile dans les Alpes australiennes. Les autorités locales cherchent à réduire ce nombre à 3 000 d’ici mi-2027 pour protéger l’environnement​.

Pourquoi abattre les brumbies ?

Les brumbies sont considérés comme nuisibles par les autorités en raison de leur impact négatif sur l’environnement. Ils provoquent une érosion des sols, détruisent la végétation, et rendent les points d’eau insalubres. Ces dommages menacent les espèces indigènes et l’écosystème unique de la région​​.

Les experts indiquent que les méthodes actuelles de contrôle, telles que le piégeage et le déplacement, ne suffisent pas à maîtriser la croissance rapide de la population de brumbies. Environ 15 à 18 % de la population de brumbies augmente chaque année, rendant nécessaire des mesures plus drastiques comme l’abattage aérien​.

Méthodes d’abattage

L’abattage par hélicoptère, une méthode déjà utilisée en 2000, a été réintroduit. Cette technique permet d’abattre les chevaux de manière plus efficace et rapide, bien que controversée en raison de son aspect brutal et de l’impact visuel sur le public. Environ 6000 chevaux doivent être éliminés chaque année pour atteindre l’objectif de réduction​.

La ministre de l’Environnement de Nouvelle-Galles du Sud, Penny Sharpe, a souligné que cette décision, bien que difficile, est essentielle pour la conservation de l’écosystème et des espèces menacées. La gestion des carcasses et le respect des normes de bien-être animal sont des préoccupations majeures dans ce processus​​.

Opposition et controverse

L’abattage des brumbies a suscité une vive opposition, notamment de la part des défenseurs des animaux et des groupes locaux qui voient ces chevaux comme une part intégrante de l’identité australienne. Les brumbies ont une valeur culturelle et historique significative, célébrée dans la littérature et la culture populaire australienne​.

Malgré les protestations, les autorités avancent que sans ces mesures, les dégâts environnementaux pourraient entraîner l’extinction d’espèces indigènes et la dégradation irréversible des écosystèmes des Alpes australiennes​.

Perspectives d’avenir pour les chevaux Australien

Le débat sur les brumbies en Australie reflète un dilemme plus large entre la conservation environnementale et la préservation du patrimoine culturel. Les mesures de contrôle des populations de brumbies seront cruciales pour l’avenir écologique du parc national du Kosciuszko, mais elles devront être menées avec une sensibilité accrue aux préoccupations éthiques et culturelles​​.